June 28, 2018

Please reload

Posts Récents

On parle de nous!

December 28, 2016

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Un réchauffement climatique de 4 à 5°C ? Regard sur la politique climatique actuelle

June 12, 2018

Pour les défenseurs de l’environnement, l’initiative 2030 de la confédération est un véritable salut. L’objectif de réduction de moitié des émissions de CO2 de la Suisse répond aux engagements pris à Paris lors de la COP21, et plus largement au grand défi écologique auquel l’Homme est confronté. Toutefois, les mesures applicatives afin d’atteindre cet objectif sont toujours discutées au Parlement fédéral, et rencontrent plus d’une résistance. Car sortir de l’ère du carbone c’est restructurer en profondeur notre économie, nos modes de développement et de consommation. Un véritable changement de paradigme doit être opéré, dans tous les domaines : transports, bâtiments, alimentation, finance…

 

Une politique actuelle encore trop frileuse

 

Toutefois, la politique actuelle semble trop frileuse. Plusieurs exemples sont à charge : dans le domaine des transports, c’est un échec. Les émissions ont augmenté de 4% depuis 1990, et les pouvoirs publics peinent à trouver des solutions durables. La révision de la loi CO2 propose une compensation faible de quelques centimes par litre de carburant, de surcroit réalisée à l’étranger. Pas suffisant pour sortir de la logique de la voiture individuelle ! Certaines ONG comme Alliance Climat proposent, par exemple, une taxe CO2 sur les transports jusqu’en 2040 où une interdiction de la vente des véhicules à carburants fossiles serait appliquée. Elles considèrent que restreindre à terme les libertés individuelles est légitime, car le réchauffement climatique est un danger majeur pour une écrasante majorité de climatologues.

Dans tous les cas, l’avenir devra faire la part belle au train, au vélo, aux solutions de « mobilité douce » qui ne manquent pas pour assurer tous les transports quotidiens, restructurant ainsi nos modes de déplacement.

 

Des subventions bénéfiques qui devraient disparaitre

 

Dans le secteur du bâtiment ce n’est guère mieux. Les objectifs écologiques impliquent un assainissement complet du parc immobilier, tant au plan de l’isolation des logements, que du chauffage non fossile. Des solutions écologiques pour se chauffer existent déjà et sont très efficaces, comme la géothermie, le bois ou le solaire. Ce vaste chantier a bien avancé et a montré une baisse des émissions de 26% depuis le début des efforts, grâce à une politique de subvention fédérale. Pourtant le Conseil Fédéral propose d’arrêter ces subventions en 2025. 

 

Au niveau actuel de nos émissions, et sans réelle politique incitatrice, nos élus à Berne condamnent la Suisse et plus largement le monde à subir un réchauffement de 4 à 5°C, soit près du double du seuil critique selon les experts. Les ONG appellent à renforcer les actions politiques et à viser un objectif « zéro émission nette » d’ici 2050.

Please reload

Retrouvez-nous